Un travail réalisé pour le secteur de la grande distribution. Il s’agit d’habiller des bornes qui permettent de récupérer vos pièces de monnaie dans les grandes surfaces. Procédé que j’utilisais du temps où je vivais en Californie et que je m’étonnais de ne pas voir en France, c’est très pratique. Un entrepreneur palois s’est lancé dans l’aventure avec talent, et sa société prospère.

J’aime mon travail pour le côté créatif, mais aussi pour la réflexion qu’il faut apporter à chaque nouveau client, projet. Dans mon métier, la création n’est jamais libre comme elle doit l’être pour l’artiste. Elle est conditionnée par le public qui va recevoir le message, par un objectif. Cette gymnastique intellectuelle impose de se mettre à la place des autres, à sortir de sa bulle, à comprendre des mécanismes psychologiques qui ne sont pas les siens, à analyser les codes des autres.

Le milieu de la grande distribution n’est pas un univers qui exerce sur moi la moindre fascination ni même le soupçon d’un intérêt personnel aussi minime soit il. Les centres commerciaux sont des endroits où je passe le plus vite possible quand je n’ai vraiment plus le choix. Il faut faire un travail de réflexion important pour se mettre à la place de ceux qui voient dans ces structures commerciales des centres de plaisir, où l’on va non pas par nécessité, mais par plaisir, pour flâner, pour passer le temps. Gymnastique intellectuelle un peu cynique qui pourrait faire penser au roman 99 francs, mais non dénuée de plaisir, et que je fais avec le plus grand sérieux. Adapter le langage, comprendre l’autre, se mettre « à la place de », fait que je prends plaisir sur toutes les missions que l’on peut me confier.

etampe2